Georges Feydeau : Par la Fenêtre

Alors qu'il est seul chez lui, Hector reçoit la visite de sa voisine d'en face, Emma, qui vient lui demander un service : l'aider à rendre son mari jaloux. En effet, elle reproche à ce dernier de l'être lui-même trop souvent, maladivement, et sans aucune raison. Pour cela, elle demande à Hector de lui faire la cour devant la fenêtre ouverte. Mais par cette même fenêtre, elle aperçoit justement son mari en train de s'entretenir avec une femme, dans laquelle Hector croit de son côté reconnaître son épouse. Emma, en colère, sort précipitamment pour les surprendre. Hector, furieux, attend son retour, prêt à se venger lui aussi et à satisfaire les volontés d'Emma.
 
De péripétie en péripétie, le spectateur goûte à travers cette pièce en un acte tout l'art de Feydeau, considéré à son époque comme le maître du vaudeville.
 


Georges Feydeau : amour et piano

Une jeune femme qui attend « un maestro » se voit donner de bien étranges leçons de piano par un homme qui croit être chez une « actrice légère »...
 
Cette saynète, comme souvent chez Feydeau et chez Georges Courteline, s’articule autour des rapports hommes-femmes et de la difficulté qu’ils ont à se comprendre. En effet, Feydeau parle des relations de couples, du désordre amoureux et insiste sur l’incommunicabilité entre les sexes. Ceci est sûrement dû au fait que l'auteurs n’a réussi son mariage.
 
Par ailleurs, un autre thème sous-tend souvent la pièce : un personnage est troublé dans son quotidien ou dans sa recherche de tranquillité. Le dérangement et le quiproquo sont à la base de leur comique.
 
Si les problèmes de couples n’ont finalement pas beaucoup changé depuis un siècle, c’est que ce dramaturges dépeint avec réalisme et humour les situations les plus folles. Le spectateur se laisse happer par les quiproquos et les bouffonneries qui sont l’essence même du vaudeville.
 
Et si parfois la critique se fait acide et virulente, elle n’est pas sans nous rappeler que Feydeau a renouvelé le genre du vaudeville : il est un des pères spirituels de Sacha Guitry et de Jean-Michel Ribes, qui à leur tour, ont pris goût à retracer les frasques conjugales au théâtre, souvent dans des pièces en un acte.
 


Max Maurey : La délaissée

Ce boulevard hilarant met en scène deux personnages hauts en couleur, Angèle et Pierre, couple d’acteurs à la ville comme à la scène, qui répètent chez eux une nouvelle pièce qu’ils s’apprêtent à jouer prochainement : « La Délaissée ». Ils sont interrompus par la concierge de l’immeuble, qui leur fait savoir que le propriétaire compte leur donner congé, suite au remue ménage incessant qui accompagne systématiquement leurs répétitions. S’ensuit une engueulade magistrale entre nos deux cabotins, interrompue cette fois-ci par l’arrivée du propriétaire, qui croit assister à une répétition et tombe en admiration devant le naturel incroyable des deux comédiens !