Écho des Nouettes
 

 

 

Louise TORAILLE

Louise TORAILLE

 

Artiste aquarelliste graveur
Gravures petits formats à partir de plantes séchées
Utilise le brou de noix, l'encre séchée, l'encre rouge
Artiste du quartier
06.23.53.69.26
Mail :
 
 

 

 

  

 

  

 


Biographie

FORMATION
 

De Septembre 2006 à juin 2010, ÉCOLE des BEAUX ARTS de VERSAILLES :
Diplôme obtenu en Juin 2010 catégorie « Pluridisciplinaire » (peinture, gravure, photographie)
 

Avant septembre 2006 cours avec différents artistes.
 

EXPOSITIONS et ANIMATIONS

2012

  • exposition « Art en vrac » Ouistreham Riva-Bella

2011

  • 5ème « Salon de l'Oeuvre sur papier » de Montgeron

  • 46ème « Salon du Vésinet »

  • exposition « Marché de l'Art » de Montgeron

2010

  • Fête des fleurs de Louveciennes : animation dans le cadre de l'association « Ose l'art Citoyen »

  • Exposition au musée de Marly le Roi et animation avec l'association « Ose l'art citoyen » dans le cadre des journées du Patrimoine

  • Exposition « Atelier Plein Ciel » et « Si le Port m'était conté » dans le cadre du festival « Normandie impressionniste » à Ouistreham Riva Bella (14150)

2009

  • Exposition « Premices » à la Galerie de l'École des Beaux Arts de Versailles

  • Exposition « Ose l'art citoyen » Galerie de l'École des Beaux Arts de Versailles

  • Exposition « Marché de l'Art » de Montgeron

  • Exposition « Si le Port m'était conté » à Ouistreham

2008

  • Exposition « Si le Port m'était conté » à Ouistreham

2007

  • Exposition « Marché de l'Art » à Montgeron

2005

  • Exposition « AQUARELLA » à Rueil Malmaison

2004 - 2006 - 2008

  • Exposition des Artistes de Porchefontaine à Versailles

2004 - 2005 - 2006 - 2009

  • Participation au concours photo à Ouistreham

PRIX

3ème prix concours photo « Vivre à Ouistreham » catégorie noir et blanc argentique en juillet 2005

 
 

La démarche

« Vie, Mort et Renaissance de la nature »
 

Mon thème est sur le cycle de la nature : vie, mort et renaissance de celle-ci.
 

L'origine de ce sujet vient de mes souvenirs d'enfance à la campagne, notamment des balades en été dans les taillis avec les odeurs puissantes d'humus qui montent aux narines, le parfum des pivoines, celui du tilleul, la constitution d'herbiers (avec la collecte, le séchage, la recherche du nom, de l'espèce, de la famille... ) ainsi que la découverte du sentiment de vivre, en même temps que l'existence de la mort, l'évidence que la vie n'existe pas sans la mort, qu'elles sont indissociables.

 

Le souvenir des herbiers de mon enfance m'a remise sur le chemin du glanage des plantes, feuilles, branches, fleurs qui se fanent, fruits qui sèchent, pourrissent, moisissent (Michel Blazy), graines qui s'envolent et se déposent pour redonner la vie, et m'a incitée à créer un petit musée personnel, sorte de cabinet de curiosités sur le monde végétal et son cycle.
Le travail de Marinette Cueco avec ses « Paroles de plantes » et son herbier géant « Herberie », véritable dialogue avec la nature, m'a beaucoup inspiré.

 

J'ai d'abord souhaité dessiner ces végétaux afin de mieux les connaître, puis ensuite j'ai essayé de traduire les sensations et émotions ressenties à leur vue lors de leur découverte et de leur étude, ceci à l'aide de la gravure et de l'aquarelle en utilisant des pigments naturels comme le brou de noix, l'encre de chine, l'ocre.

 

Ces aquarelles et gravures sont comme l'herbier émotionnel et sensitif de ces végétaux séchés. Elles traduisent à la fois leur fragilité qui les dirige vers la mort et leur force qui leur permettra de renaître.
Par la suite, lors de mon glanage, j'ai eu le bonheur de récupérer deux grands tournesols en train de faner. Cette découverte fut une sorte de révélation.
Depuis je n'ai pas cessé d'essayer de traduire leur majesté : ils restent debout, dignes et fiers même dans la mort servant de nourriture aux oiseaux pendant l'hiver et les quelques graines que ceux-ci auront laissé échapper leur permettra de renaitre au printemps.

 

Ma recherche s'est ainsi dirigée vers deux axes :

  • celui de la dégradation vers la mort

  • et celui de la renaissance après la mort

 

J'ai été fortement influencée par le travail d'Anselm Kiefer qui accorde une importance symbolique à la fleur de tournesol et ceci sous ces deux aspects : symbole de mort avec « Fleur de cendre » et symbole de renaissance » avec « Sol invictus » quant à Joan Mitchell elle disait que « ses tableaux devaient transmettre le sentiment d'un tournesol fanant »